Ressources en eau souterraines du bassin de Lakhdar

La nappe du Haouz-Mejjate au niveau du sous- bassin Lakhdar s’étend sur une superficie de 647 km2, ce qui représente environ 17% de la superficie de ce sous-bassin.

Télécharger l’Atlas du bassin Lakhdar

Télécharger

carte Français
Assainissement au niveau du bassin de Lakhdar

Dans le sous-bassin de Lakhdar, le potentiel (en 2015) en termes de rejets des eaux usées est de l’ordre de 5,7 Mm3/an, et serait de 7,1 Mm3/an environ en 2030 avec une évolution annuelle de l’ordre de 0,09 Mm3. Ce potentiel est calculé à partir de la consommation en eau de la population, avec un retour aux égouts de 80%.

Télécharger l’Atlas du bassin Lakhdar

Télécharger

carte Français
Usage d’eau domestique au niveau du bassin de Lakhdar

Au niveau du sous-bassin de Lakhdar, l’AEP est gérée par l’ONEE pour les centres dépendant de ce dernier et par les communes/associations pour le reste du territoire.

Télécharger l’Atlas du bassin Lakhdar

Télécharger

carte Français
Occupation du sol au niveau du bassin de Lakhdar

La documentation disponible pour l’établissement de l’occupation du sol pour le sous-bassin Lakhdar est incomplète et ne couvre que partiellement le sous-bassin. Il s’agit de:

• la carte d’occupation du sol établie par la DSS du Ministère de l’Agriculture en 2010 couvrant la partie aval du sous-bassin, et
• la carte dressée par la FAO en 1986 couvrant une partie de la zone amont du sous- bassin

Télécharger l’Atlas du bassin Lakhdar

Télécharger

carte Français
Ressources en eau de surface du bassin de Lakhdar

L’oued Lakhdar, qui prend sa source dans le Haut Atlas Oriental au pied des Jbels Azourki et Tignousti, draine un bassin de 3 503 km2. Son cours principal draine les parties sud-ouest et ouest du bassin versant.

Télécharger l’Atlas du bassin Lakhdar

Télécharger

carte Français
Assainissement au niveau du bassin de Tassaout

Dans le sous-bassin de Tassaout, le potentiel (en 2015) en termes de rejets des eaux usées est de l’ordre de 2,8 Mm3/an, et serait de 3,9 Mm3/an environ en 2030, avec une évolution annuelle de l’ordre de 0,07 Mm3. Ce potentiel est calculé à partir de la consommation en eau de la population avec un retour aux égouts de 80%. Il faut cependant noter que compte tenu du fait qu’il n’existe pas d’agglomération importante, à l’exception de la ville d’Attaouia, ces ressources sont diffuses, ou de petite capacité.

Télécharger l’Atlas du bassin de Tassaout

Télécharger

carte Français
Usage d’eau domestique au niveau du bassin de Tassaout

Au niveau du sous-bassin de Tassaout, l’AEP est gérée par l’ONEE-Eau pour les centres dépendant de ce dernier et par les communes/associations pour le reste du territoire.

Télécharger l’Atlas du bassin de Tassaout

Télécharger

carte Français
Occupation du sol au niveau du bassin de Tassaout

La documentation disponible pour l’établissement de l’occupation du sol pour le sous-bassin de Tassaout est incomplète et ne couvre que partiellement le sous-bassin.

Télécharger l’Atlas du bassin de Tassaout

Télécharger

carte Français
Evolution et densité de la population au niveau du bassin de Tassaout

D’après le RGPH 2014, la population du sous-bassin de Tassaout est établie à 173 451habitants. Comparée aux populations établies suivant les RGPH précédents, respectivement 130 753 habitants pour le RGPH 1994 et 153036 habitants pour le RGPH 2004, les taux d’accroissements annuels de la population du sous-bassin s’établissent à 1.6 % pour la période 1994-2004 et 1.3 % pour la période 2004-2014.

Télécharger l’Atlas du bassin de Tassaout

Télécharger

carte Français
Ressources en eau souterraines du bassin de Tassaout

Au niveau de la plaine, la nappe du Haouz est omniprésente et représente 11% de la superficie du sous-bassin Tassaout. Elle circule dans les formations Plio-Quaternaire détritique et Eocène calcaire gréseux. En raison de l’existence de la ligne hydrogéologique structurale de partage des eaux qui coïncide avec la limite entre le sous-bassin Larh et le sous-bassin Tassaout, les écoulements de la nappe se font vers le Nord- Est (Tassaout aval et Azilal).

Télécharger l’Atlas du bassin de Tassaout

Télécharger

carte Français
Ressources en eau de surface du bassin de Tassaout

Le sous bassin de Tassaout occupe la partie Est dans le bassin Haouz Mejjate. Il est drainé par l’oued du même nom et s’étend sur une superficie de 1576 km2. Le cours d’eau principal de l’oued est de 140 Km environ. L’altitude du sous-bassin est comprise entre 560 (exécutoire) et 2400 m (amont).

Télécharger l’Atlas du bassin de Tassaout

Télécharger

carte Français
Assainissement au niveau du bassin de Larh

Le potentiel en termes de rejets des eaux usées au niveau des communes du sous-bassin de Larh est de l’ordre de 2 Mm3/an en 2015, et serait de 2,6 Mm3/an environ en 2030 avec une évolution annuelle de l’ordre de 0,04 Mm3. Ce potentiel est calculé à partir de la consommation en eau de la population avec un retour aux égouts de 80%. Il faut cependant noter que compte tenu du fait qu’il n’existe pas d’agglomération importante, à l’exception des villes de Tamallalt et Sidi Rahal, ces ressources sont diffuses, ou de petite capacité.

Télécharger l’Atlas du bassin de Larh

Télécharger

carte Français
Usage d’eau domestique du bassin de Larh

Au niveau du sous-bassin de Larh, l’AEP est gérée par l’ONEE-Eau pour les centres dépendant de ce dernier et par les communes/associations pour le reste du territoire.

Télécharger l’Atlas du bassin de Larh

Télécharger

carte Français
Occupation du sol au niveau du bassin de Larh

La carte strates d’occupation du sol du sous- bassin de Larh représente neuf différentes occupations du sol comme les petites villes, les douars, les plantations, les terres de cultures irriguées et de cultures bour, les terrains incultes et parcours ainsi que les forestiers et les surfaces d’eau. Les superficies des différentes strates d’occupation du sol ont été déterminées à partir de la carte des strates d’occupation du sol établie par la DSS du Ministère de l’Agriculture en 2010 et du SIG.

Télécharger l’Atlas du bassin de Larh

Télécharger

carte Français
Evolution et densité de la population du bassin de Larh

La population du sous-bassin de Larh est totalement rurale. D’après le RGPH 2014, cette population est établie à 121 968 habitants. Comparée aux populations établies suivant les RGPH précédents, respectivement 113 405 habitants pour le RGPH 1994 et 107 864 habitants pour le RGPH 2004, les taux d’accroissements annuels de la population du sous-bassin s’établissent à 0.5 % pour la période 1994-2004 et 0.7 % pour la période 2004-2014.

Télécharger l’Atlas du bassin de Larh

Télécharger

carte Français
Evolution des prélèvements sur la nappe du bassin de Larh

L’enquête des redevables réalisée par l’ABHT en 2004 a permis d’établir l’historique des réalisations des points d’eau au niveau du sous-bassin de Larh. La carte ci-contre représente les dates de création par un code de couleur. La figure ci-contre montre l’évolution des réalisations des ouvrages de captages entre 1955 et 2006. Elle montre par ailleurs que jusqu’au début des années 70, les prélèvements sur la nappe étaient quai insignifiants. Mais à partir de cette période, la cadence de réalisation des captages d’eau s’est poursuivie à un rythme soutenu. Notons qu’entre 2002 et 2004, la courbe montre un ralentissement. Cependant, la longueur de la période est faible (4 ans) et ne permet pas de confirmer cette tendance.

Télécharger l’Atlas du bassin de Larh

Télécharger

carte Français
Prélèvement d’eau souterraine du bassin de Larh

L’enquête “points d’eau”, réalisée par l’ABHT en 2004, a recensé environ 885 points d’eau, qui sont pour la plupart des puits. Le prélèvement global est estimé à environ 20,2 Mm3/an, concentrés entre la commune de Zemrane (47%) et la commune Tlauh (42%). Les données de cette enquête permettent la répartition de ces points suivant leurs profondeurs et suivant les niveaux de prélèvement d’eau.

Télécharger l’Atlas du bassin de Larh

Télécharger

carte Français
Ressources en eau de surface du bassin de Larh

Le sous bassin de Larh est drainé par l’oued du même nom et s’étend sur une superficie de 331 km2. Le cours d’eau principal de l’oued est de 58 Km environ. Il prend naissance dans le Haut Atlas à une altitude d’environ 2054m et se jette dans l’oued Tensift au niveau de la commune Tlauh.

Télécharger l’Atlas du bassin de Larh

Télécharger

carte Français
Assainissement au niveau du bassin de Ghdat

Le potentiel en termes de rejets des eaux usées dans les communes rurales du sous-bassin de Ghdat est de l’ordre de 0,87 Mm3/an en 2015, et serait de 0,94 Mm3/an environ en 2030 avec une évolution annuelle de l’ordre de 4.700 m3. Ce potentiel est calculé à partir de la consommation en eau de la population avec un retour aux égouts de 80%. Il est cependant important de noter que compte tenu du fait qu’il n’existe pas d’agglomération importante, ces ressources sont diffuses, ou de petite capacité. Leur exploitation nécessite ainsi des systèmes adaptés à des petites agglomérations.

Télécharger l’Atlas du bassin de Ghdat

Télécharger

carte Français
Usage d’eau domestique du bassin de Ghdat

Au niveau du sous-bassin de Ghdat, l’AEP est gérée par l’ONEE pour les centres dépendant de ce dernier et par les communes/associations pour le reste du territoire.

Télécharger l’Atlas du bassin de Ghdat

Télécharger

carte Français
Réseau de seguias du bassin de Ghdat

Les principales seguias inventoriées sur l’oued Ghdat sont les suivantes :

• Zone ORMVAH : Tazemmourt, Afiad, Fokra, Takhiart, Tatoult, Tamesnine, Zaaraouia, Oum Ali, Guernia, Jdida, Areg, Gabbasia, Ait Ahmed, Talbia, Mtaïa, Mrenia, Ben khelifa,

• Zone Aval (entre zone ORMVAH et oued Tensift) : Laouissaouia, Diaijia, Guemraja, Ben Brahim, El Garia, Oula Abbas, El Biaz, Kaddouria, Ould DiaIm, Souiria.

Télécharger l’Atlas du bassin de Ghdat

Télécharger

carte Français
Occupation du sol au niveau du bassin de Ghdat

La carte strates d’occupation du sol du sous- bassin de Ghdat représente neuf différentes occupations du sol comme les petites villes, les douars, les plantations, les terres de cultures irrigués et de cultures bour, les terrains incultes et parcours ainsi que les forestiers et les surfaces d’eau. Les superficies des différentes strates d’occupation du sol ont été déterminées à partir de la carte des strates d’occupation du sol établie par la DSS du Ministère de l’Agriculture en 2010 et du SIG.

Télécharger l’Atlas du bassin de Ghdat

Télécharger

carte Français
Évolution et densité de la population du bassin de Ghdat

La population du sous-bassin Ghdat est totalement rurale. D’après le RGPH 2014, la population du sous-bassin de Ghdat est établie à 85 574 habitants. Comparée aux populations établies suivant les RGPH précédents, respectivement 81 114 habitants pour le RGPH 1994 et 84 440 habitants pour le RGPH 2004, les taux d’accroissements annuels de la population du sous-bassin s’établissent à 0.4 % pour la période 1994-2004 et 0.1 % pour la période 2004-2014.

Télécharger l’Atlas du bassin de Ghdat

Télécharger

carte Français
Évolution des prélèvements sur la nappe du bassin de Ghdat

L’enquête des redevables réalisée par l’ABHT en 2004 a permis d’établirir l’historique des réalisations des points d’eau au niveau du sous-bassin de Ghdat. La carte ci-contre représente les dates de création par un code de couleur. La figure ci-dessous montre l’évaluation des réalisations des ouvrages de captages entre 1956 et 2002.

Télécharger l’Atlas du bassin de Ghdat

Télécharger

carte Français
Prélèvements d’eau souterraines du bassin de Ghdat

L’enquête “points d’eau”, réalisée par l’ABHT en 2004, a recensé environ 1190 points d’eau, qui sont en grande partie des puits (892). Les forages sont au nombre de 170 et les puits forés au nombre de 128. La cartographie de la profondeur totale indique clairement un regroupement spatial, particulièrement dans le piémont avec des puits dont la profondeur se situe entre 40 et 60 m et qui s’étendent principalement depuis la partie haute du bassin intermédiaire BI01 jusqu’à l’est du sous-bassin de Chichaoua. Au niveau de ce sous-bassin, les points d’eau sont concentrés dans la partie avale (aux environs de Ras El Ain).

Télécharger l’Atlas du bassin de Ghdat

Télécharger

carte Français
Ressources en eau souterraines du bassin de Ghdat

Tel qu’il est défini dans le présent Atlas, le sous- bassin de Ghdat comprend le sous-bassin hydrologique de l’oued du même nom augmenté de la zone intermédiaire BI-6 située entre ce dernier et le sous-bassin de Lagh situé à l’Est. L’ensemble couvre une superficie d’environ 790 km2. La nappe d’eau souterraine proprement dite s’étend sur la zone de plaine, sur environ 137 km2. Celle-ci fait partie intégrante de la nappe du Haouz-Mejjate et ne peut pas, à ce titre, être isolée de celle-ci sur le plan hydrodynamique. La nappe est limitée au Nord par l’oued Tensift et au Sud par la ligne de piémont passant par le centre urbain de Sidi Rahal.

Télécharger l’Atlas du bassin de Ghdat

Télécharger

carte Français
Ressources en eau de surface du bassin de Ghdat

Le sous bassin de Ghdat occupe est drainé par l’oued du même nom et s’étend sur une superficie de 790 km2. Le cours d’eau principal de l’oued est de 83 Km environ. Il prend naissance dans le massif de Toubkal à une altitude d’environ 2400m et se jette dans l’oued Tensift à une altitude d’environ 700m.

Télécharger l’Atlas du bassin de Ghdat

Télécharger

carte Français
Assainissement au niveau du bassin de Zat

Au niveau du sous-bassin de Zat, l’AEP est gérée par l’ONEE-Eau pour les centres dépendant de ce dernier et par les communes/associations pour le reste du territoire.

Télécharger l’Atlas du bassin de Zat

Télécharger

carte Français
Usage d’eau domestique au niveau du bassin de Zat

Au niveau du sous-bassin de Zat, l’AEP est gérée par l’ONEE-Eau pour les centres dépendant de ce dernier et par les communes/associations pour le reste du territoire.

Télécharger l’Atlas du bassin de Zat

Télécharger

carte Français
Le réseau de seguias au niveau du bassin de Zat

Les droits d’eau sur l’oued Zat sont régis par l’Arrêté du Ministère des Travaux Publics du 16 juillet 1956, fixant la répartition provisoire des eaux de l’oued Zat entre les prises de la seguia Talbanine et la seguia Oulad Sbir II. Les seguias régies par cet arrêté sont les suivantes : Talbanine, Abdelbar, Tafériat, Talbachat, El Guers, Iferden, Bouglass, Taznent, Targa Ait Ali, Iraken, Tagouzoult, Targa N’ Nouflla, Mozrou, Takarit,consignés en volume, par l’ORMVAH.

Télécharger l’Atlas du bassin de Zat

Télécharger

carte Français
Occupation du sol au niveau du bassin de Zat

La carte strates d’occupation du sol du sous- bassin de Zat représente neuf différentes occupation du sol comme les petites villes, les douars, les plantations, les terres de cultures irriguées et de cultures bour, les terrains incultes et parcours ainsi que les forestiers et les surfaces d’eau. Les superficies des différentes strates d’occupation du sol ont été déterminées à partir de la carte des strates d’occupation du sol établie par la DSS du Ministère de l’Agriculture en 2010 et du SIG.

Télécharger l’Atlas du bassin de Zat

Télécharger

carte Français
Évolution et densité de la population du bassin de Zat

D’après le RGPH 2014, la population du sous- bassin de Zat est établie à 175 316 habitants. Comparée aux populations établies suivant les RGPH précédents, respectivement 125 969 habitants pour le RGPH 1994 et 142 514 habitants pour le RGPH 2004, les taux d’accroissements annuels de la population du sous-bassin s’établissent à 1.2 % pour la période 1994-2004 et 2.1 % pour la période 2004-2014.

Télécharger l’Atlas du bassin de Zat

Télécharger

carte Français
Evolution des prélèvements sur la nappe du bassin de Zat

L’enquête des redevables réalisée par l’ABHT en 2004 a permis d’établir l’historique des réalisations des points d’eau au niveau du sous-bassin de Zat. La carte ci-contre représente les dates de création par un code de couleur. La figure ci-après montre l’évolution des réalisations des ouvrages de captages entre 1950 et 2007.

Télécharger l’Atlas du bassin de Zat

Télécharger

carte Français
Prélèvement d’eau souterraine du bassin de Zat

L’enquête “points d’eau”, réalisée par l’ABHT en 2004, a recensé environ 2239 points d’eau, dont 813 puits, 970 forages et 456 puits forés. Au niveau de ce sous-bassin, les points d’eau sont plus concentrés dans la partie centrale et aval de la plaine (Communes Ait Sidi Daoud, Jaidate, Oulad Hassoun). Dans la partie amont (Ait Ourir et Ait Faska) la présence d’eau de surface utilisée par prélèvement au fil de l’eau par les seguias réduit le recours aux eaux souterraines.

Télécharger l’Atlas du bassin de Zat

Télécharger

carte Français
Ressources en eau souterraines du bassin de Zat

Au niveau du sous-bassin de Zat, la nappe aquifère occupe la zone de plaine (Communes rurales d’Oulad Hassoun, Jaidate, Ait Sidi Daoud, Ait Ourir et une partie d’Ait Faska). La superficie totale couverte par cette nappe est de 307 km2.

Télécharger l’Atlas du bassin de Zat

Télécharger

carte Français
Ressources en eau de surface du bassin de Zat

Le sous bassin de Zat est drainé par l’oued du même nom et s’étend sur une superficie de 921 km2. Le cours d’eau principal de l’oued est de 89 Km environ. Il prend naissance Haut Atlas à une altitude d’environ 3900m et se jette dans l’oued Tensift au niveau de la commune Oulad Hassoune.

Télécharger l’Atlas du bassin de Zat

Télécharger

carte Français
Assainissement au niveau du bassin Ourika

Le potentiel en termes de rejets des eaux usées au niveau du sous-bassin d’Ourika est de l’ordre de 3,1 Mm3/an en 2015. Il serait de 4,3 Mm3/an en 2030 avec une évolution annuelle de l’ordre de 0,08 Mm3. Ce potentiel est calculé à partir de la consommation en eau de la population avec un retour aux égouts de 80%. Compte tenu du fait qu’il n’existe pas d’agglomération importante en milieu rural, ces ressources sont diffuses, ou de petits volumes.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Ourika

Télécharger

carte Français
Usage d’eau domestique au niveau du bassin Ourika

Au niveau du sous-bassin de l’Ourika, l’AEP est gérée par l’ONEE-Eau pour les centres dépendant de ce dernier, et par les communes/associations pour le reste du territoire.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Ourika

Télécharger

carte Français
Réseau de seguias au niveau du bassin Ourika

Les droits d’eau sur l’oued Ourika sont régis par l’Arrêté du Ministère des Travaux Publics du29/01/1934 relatif à la répartition provisoire des eaux de l’oued Ourika entre la prise de la seguia Talghirt (inclusivement) et la prise de la seguia Tihilit (inclusivement). Parmi ces seguias, celle de Tassoultant est la plus importante.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Ourika

Télécharger

carte Français
Occupation du sol au niveau du bassin Ourika

La carte Occupation du sol du sous-bassin du Ourika représente neuf différentes occupation du sol comme les petites villes, les douars, les plantations, les terres de cultures irriguées et de cultures bour, les terrains incultes et parcours ainsi que les forestiers et les surfaces d’eau. Les superficies des différentes strates d’occupation du sol ont été déterminées à partir de la carte des strates d’occupation du sol établie par la DSS du Ministère de l’Agriculture en 2010 et du SIG.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Ourika

Télécharger

carte Français
Evolution et densité de la population au niveau du bassin Ourika

D’après le RGPH 2014, la population du sous- bassin d’Ourika est établie à 297 871 habitants. Comparée aux populations établies suivant les RGPH précédents, respectivement 208 015 habitants pour le RGPH 1994 et 246 366 habitants pour le RGPH 2004, les taux d’accroissements annuels de la population du sous-bassin s’établissent à 1.7 % pour la période 1994-2004 et 1.9 % pour la période 2004-2014

Télécharger l’Atlas du bassin d’Ourika

Télécharger

carte Français
Evolution des prélèvements sur la nappe du bassin Ourika

L’enquête des redevables réalisée par l’ABHT en 2004 a permis d’établir l’historique des réalisations des points d’eau au niveau du sous-bassin d’Ourika. La carte ci-contre représente les dates de création par un code de couleur. Le graphique de la figure ci-après montre l’évolution des réalisations des ouvrages de captages entre 1950 et 2007. Ce graphique montre que le rythme des ces réalisations a connu plusieurs phases

Télécharger l’Atlas du bassin d’Ourika

Télécharger

carte Français
Prélèvement d’eau souterraine du bassin Ourika

L’enquête “points d’eau”, réalisée par l’ABHT en 2004, a recensé environ 2.717 points d’eau, dont 2.423 puits et 290 forages. Au niveau de ce sous-bassin, les points d’eau sont étalés sur tout le sous-bassin.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Ourika

Télécharger

carte Français
Ressources en eau souterraines du bassin Ourika

Tel qu’il est défini dans le présent Atlas, le sous-bassin d’Ourika comprend le sous-bassin de l’oued du même nom (le nom de l’oued Ourika change dans la partie aval du bassin, à partir de la commune de Tamazouzte, pour devenir oued Ghmat) augmenté de la zone intermédiaire BI-5 située entre le sous-bassin d’Ourika et le sous-bassin Rherhaya-Issyl. L’ensemble couvre une superficie d’environ 342 km2. La nappe d’eau souterraine proprement dite s’étend sur la zone de plaine couvrant la commune rurale de Tamazouzt, des parties des communes rurales Sidi Abdellah Ghiat et Al Ouidane, et l’arrondissement d’Annakhil (Ville de Marrakech).

Télécharger l’Atlas du bassin d’Ourika

Télécharger

carte Français
Ressources en eau de surface du bassin Ourika

Le sous bassin de l’Ourika occupe la partie centrale dans le bassin Haouz Mejjate. Il est drainé par l’oued du même nom et s’étend sur une superficie de 1071 km2. Le cours d’eau principal de l’oued est de 101 Km environ. Il prend naissance dans le massif de Toubkal à une altitude d’environ 3763m et se jette dans l’oued Tensift au niveau de la commune Al Ouidane.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Ourika

Télécharger

carte Français
Evolution touristique au niveau du bassin Rherhaya

Dans le bassin de Haouz-Mejjate, l’activité touristique est principalement concentrée au sein du sous- bassin de Rherhaya-Issyl, qui abrite la ville de Marrakech, prmière destination touristique du pays, avec près de 6,7 millions de nuitées enregistrées pour l’année 2014. Les emplois directement ou indirectement liés au secteur représentant une part importante des emplois au sein du sous-bassin.

Télécharger

carte Français
Extension de l’urbanisation dans la région de Marrakech au niveau du bassin Rherhaya

L’espace aggloméré de Marrakech, constitué de la ville de Marrakech et de ses communes périphériques, constitue le pôle urbain le plus dynamique du bassin de Haouz-Mejjate. Cet espace a connu une extension très importante, particulièrement entre 1999 et 2011. Actuellement, ce territoire fait l’objet d’un Schéma Directeur d’Aménagement Urbain (SDAU), en cours d’élabiration par l’Agence Urbaine de Marrakech.

Télécharger

carte Français
Assainissement au niveau du bassin Rherhaya

Sur l’ensemble du bassin de Haouz-Mejjate, le sous-bassin de Rherhaya-Issyl est celui qui est touché par le plus de rejets d’eaux usées, du fait de la présence de la ville de Marrakech. Selon les données de la RADEEMA, cette dernière rejette actuellement (2015) un volume d’eaux usées de l’ordre de 40 Mm3/an. Ce volume atteindrait 55 Mm3/an environ en 2030, avec une évolution de 1 Mm3/an.

Télécharger

carte Français
Usage d’eau domestique au niveau du bassin Rherhaya

Le sous-bassin de Rherhaya-Issyl comprend la ville de Marrakech et ses communes périphériques, et constitue ainsi l’un des plus grands pôles urbains du Maroc ; cet espace est généralement nommé “Espace Aggloméré de Marrakech”. Il comprend également la ville de Tahanaout, ainsi qu’un espace rural en pleine dynamique et en transition, en raison de la proximité de Marrakech, qui concentre d’ailleurs plus de 91% des besoins en AEP urbaine du bassin de Haouz-Mejjate.

Télécharger

carte Français
Réseau de seguias au niveau du bassin Rherhaya

Au niveau du sous-bassin Rherhaya-Issyl, il y a lieu de faire une distinction entre :

• les seguias à l’amont barrage Bouhouta, qui relèvent du droit coutumier,
• les seguias à l’aval du barrage Bouhouta, qui sont régies par arrêté viziriel et qui relèvent de la zone d’action de l’ORMVAH,

• les seguias à l’extrême aval du sous-bassin, qui ne fonctionnent qu’en période de crues.

Pour les seguias à l’aval du barrage Bouhouta, l’arrêté fixe les quotes-parts des seguias en fonction du débit de l’oued ; le nombre de seguias desservies augmente ainsi au fur et à mesure que le débit de l’oued augmente. Lorsque celui-ci dépasse le seuil de 3.850 l/s, l’ensemble des seguias à l’aval est desservi.

Télécharger

carte Français
Occupation du sol du bassin Rherhaya

Les superficies des différentes classes d’occupation du sol ont été déterminées à partir de la carte d’occupation du sol établie par la DSS du Ministère de l’Agriculture en 2010.

Le sous-bassin de Rherhaya connaît une dynamique socio-économique importante résultant de l’essor touristique et urbanistique de la ville de Marrakech et de sa zone périphérique particulièrement ainsi que de l’existence d’une activité agricole et agro industrielle soutenue dans le bassin.

Télécharger

carte Français
Evolution et densité de la population au niveau du bassin Rherhaya

D’après le RGPH 2014, la population du sous- bassin de Rherhaya-Issyl est établie à 1 325 986 habitants. Comparée aux populations établies suivant les RGPH précédents, respectivement 780 564 habitants pour le RGPH 1994 et 965 168 habitants pour le RGPH 2004, les taux d’accroissement annuels de la population du sous-bassin s’établissent à 24 % pour la période 1994-2004 et 22 % pour la période 2004-2014.

Télécharger

carte Français
Prélèvement d’eau souterraine du bassin Rherhaya

L’enquête “points d’eau”, réalisée par l’ABHT en 2004, a recensé environ 2678 points d’eau, dont 2503 puits, 102 forages et 72 puits forés. Au niveau de ce sous-bassin, les points d’eau sont concentrés au sud de la ville de Marrakech (communes de Tassoultant, Tameslouht, Aghoutim et Ghmat), à l’ouest de la ville dans la zone intermédiaire BI-3 (commune Saada) et à l’est dans la commune d’Al Ouidane.

Télécharger

carte Français
Ressources en eau souterraines du bassin Rherhaya

Tel qu’il est défini dans le présent Atlas, le sous-bassin Rherhaya-Issyl comprend les sous-bassins des deux oueds du même nom augmenté de (i) la zone intermédiaire BI-3 située entre le sous-bassin du Nfis et le sous-bassin de Rherhaya et (ii) la zone intermédiaire BI-5 située entre le sous-bassin Rherhaya Issyl et le sous-bassin de l’Ourika. L’ensemble couvre une superficie d’environ 1311 km2. La nappe d’eau souterraine proprement dite s’étend sur la zone de plaine, sur environ 890 km2. Celle-ci fait partie intégrante de la nappe du Haouz Mejjate et ne peut pas, à ce titre, être isolée de celle-ci sur le plan hydro- dynamique. La nappe est limitée au Nord par l’oued Tensift et au Sud par la ligne de piémont passant par la ville de Tahanaout. A l’Est et à l’Ouest, il n’existe pas de limites naturelles et la nappe est en continuité hydraulique avec le reste de la nappe de Haouz-Mejjate. Ces limites peuvent, dans une première approximation, être assimilées à des lignes de courant. Au niveau du sous-bassin, la nappe est constituée de formations plio- quaternaire détritiques et calcaires éocène. Les transmissivités sont de l’ordre de 10-4 à 10-2 m2/S.

Télécharger

carte Français
Ressources en eau de surface du bassin Rherhaya

Le sous bassin de Rherhaya-Issyl occupe la partie centrale dans le bassin Haouz Mejjate. Ce sous-bassin est composé du sous-bassin Rherhaya et du sous bassin Issyl.

Le sous-bassin Rherhaya est drainé par l’oued du même nom et s’étend sur une superficie de 421 km2. Le cours d’eau principal de l’oued est de 86 Km environ. Il prend naissance dans le Haut Atlas à une altitude d’environ 3763m et se jette dans l’oued Tensift au niveau de la commune Saada.

Télécharger l’Atlas du bassin de Rherhaya

Télécharger

carte Français
Assainissement au niveau du bassin de N’fis

Le potentiel en termes de rejets des eaux usées dans le sous-bassin de N’fis est de l’ordre de 3 Mm3/an en 2015, et serait de 4 Mm3/an environ en 2030, avec une évolution annuelle de l’ordre de 0,07 Mm3 ; ce potentiel est calculé à partir de la consommation en eau de la population avec un retour aux égouts de 80%. Il est cependant à noter que, à l’exception de la ville d’Amizmiz et des centres de Lalla Takerkoust et Loudaya, ces ressources sont diffuses, ou de petite capacité.

Télécharger l’Atlas du bassin N’fis

Télécharger

carte Français
Usage d’eau domestique au niveau du bassin de N’fis

Au niveau du sous-bassin de N’fis, l’AEP est gérée par l’ONEE-Eau pour les centres dépendant de ce dernier et par les communes/associations pour les autres. Les besoins en eau (besoins moyens à la production) se présentent comme suit :

• Les besoins actuels (en 2015) : 147 l/s (135 l/s en milieu rural et 12 l/s en milieu urbain),
• Les besoins futurs (horizon 2030) : 207 l/s (194 l/s en milieu rural et 13 l/s en milieu urbain).

Télécharger l’Atlas du bassin N’fis

Télécharger

carte Français
Réseau de séguias au niveau du bassin de N’fis

Au niveau du sous-bassin de N’fis, les droits d’eau ont connu une évolution marquée par la réalisation du barrage Lalla Takerkoust en 1935.

Télécharger l’Atlas du bassin N’fis

Télécharger

carte Français
Occupation du sol au niveau du bassin de N’fis

La carte strates d’occupation du sol du sous- bassin de N’fis représente neuf différentes occupation du sol comme les petites villes, les douars, les plantations, les terres de cultures irrigués et de cultures bour, les terrains incultes et parcours ainsi que les forestiers et les surfaces d’eau.

Télécharger l’Atlas du bassin N’fis

Télécharger

carte Français
Evolution et densité de la population au niveau du bassin de N’fis

D’après le RGPH 2014, la population des communes relevant du sous-bassin de N’fis est évaluée à 245 656 habitants. Comparée aux populations établies suivant les RGPH précédents, respectivement 182 816 habitants pour le RGPH 1994 et 206 200 habitants pour le RGPH 2004, les taux d’accroissement de la population du sous-bassin s’établissent à 13% pour la période 1994-2004 et 19 % pour la période 2004-2014.

Télécharger l’Atlas du bassin N’fis

Télécharger

carte Français
Evolution des prélèvements sur la nappe au niveau du bassin de N’fis

L’enquête des redevables réalisée par l’ABHT en 2004 a permis d’établir l’historique des réalisations des points d’eau au niveau du sous-bassin Nfis. La carte ci-contre représente les dates de création par un code de couleur. La figure ci-après montre l’évolution de réalisation des ouvrages de captages entre 1950 et 2004.

Télécharger l’Atlas du bassin N’fis

Télécharger

carte Français
Prélèvement d’eau souterraine du bassin de N’fis

L’enquête « points d’eau » réalisée par l’ABHT en 2004 a recensé 2313 points, dont 2117 au niveau de la plaine proprement dite et 196 au niveau du piémont. Ces points d’eau sont répartis en puits (75%), forages (7%) et puits forés (18%). Les points d’eau sont répartis sur toute la plaine, avec cependant une concentration particulièrement importante dans la zone centrale, correspondant au périmètre de la grande hydraulique, irrigué à partir des eaux de surface transférées par le canal de rocade. Les données de cette enquête permettent la répartition de ces points suivant leurs profondeurs et suivant les niveaux de prélèvement d’eau sur la nappe.

Télécharger l’Atlas du bassin N’fis

 

Télécharger

carte Français
Ressources en eau souterraines du bassin de N’fis

La carte ci-contre présente l’étendue de la nappe souterraine du sous-bassin de Nfis. Celle-ci fait partie intégrante de la nappe de Haouz-Mejjate et ne peut pas, à ce titre, être isolée de celle-ci sur le plan hydrodynamique.

La nappe est limitée au Nord par l’oued Tensift et au Sud par la ligne de piémont. A l’Est et à l’Ouest, il n’existe pas de limites naturelles et la nappe est en continuité hydraulique avec le reste de la nappe de Haouz-Mejjate. Sur le plan structural, la flexure d’Assoufid passant par la zone d’Agafay vient créer une barrière et des continuités hydrauliques au niveau de la nappe.

Télécharger l’Atlas du bassin N’fis

 

Télécharger

carte Français
Ressources en eau de surface du bassin de N’fis

Le sous bassin de N’fis est drainé par l’oued du même nom et s’étend sur une superficie de 2855 km2. Le cours d’eau principal de l’oued est de 183 Km environ. Il prend naissance dans le Haut Atlas à une altitude d’environ 2417m et se jette dans l’oued Tensift au niveau de la commune rurale Loudaya.

Télécharger l’Atlas du bassin N’fis

Télécharger

carte Français
Usage d’eau domestique du bassin d’Assif Al Mal

Au niveau du sous-bassin d’Assif Al Mal, l’AEP est gérée par l’ONEE-Eau pour les centres dépendant de ce dernier, et par les communes/association pour les autres centres.

Les besoins en eau (besoins moyens à la production) se présentent comme suit :

• Les besoins actuels (en 2015) : 58,4 l/s (54,1 l/s en milieu rural et 4,3 l/s en milieu urbain),
• Les besoins futurs (horizon 2030) : 71,8 l/s (67 l/s en milieu rural et 4,8 l/s en milieu urbain).

Télécharger l’Atlas du bassin d’Assif Al Mal

Télécharger

carte Français
Assainissement au niveau du bassin d’Assif Al Mal

Dans le sous-bassin d’Assif Al Mal, le potentiel (en 2015) des rejets des eaux usées est de l’ordre de 1,14 Mm3/an. Il serait de 1,42 Mm3/an environ en 2030 avec une évolution annuelle de l’ordre de 0,02 Mm3. Ce potentiel est calculé à
partir de la consommation en eau de la population avec un retour aux égouts de 80%. Il est cependant à noter que vu qu’il n’existe pas d’agglomération importante, ces ressources sont diffuses et de faible volume.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Assif Al Mal

Télécharger

carte Français
Usage d’eau domestique du bassin d’Assif Al Mal

Au niveau du sous-bassin d’Assif Al Mal, l’AEP est gérée par l’ONEE-Eau pour les centres dépendant de ce dernier, et par les communes/association pour les autres centres.

Les besoins en eau (besoins moyens à la production) se présentent comme suit :

• Les besoins actuels (en 2015) : 58,4 l/s (54,1 l/s en milieu rural et 4,3 l/s en milieu urbain),
• Les besoins futurs (horizon 2030) : 71,8 l/s (67 l/s en milieu rural et 4,8 l/s en milieu urbain).

Télécharger l’Atlas du bassin d’Assif Al Mal

Télécharger

carte Français
Le réseau du seguias du bassin d’Assif Al Mal

L’irrigation des PMH situés le long de l’oued Assif Al Mal est assurée par un réseau d’irrigation constitué des seguias qui prélèvent l’eau au fil de l’oued. Les seguias issues de l’oued Assif Al Mal se répartissent en deux catégories :

• seguias pérennes : 12 seguias sur la rive droite et 13 seguias sur la rive gauche,
• seguias de crues : 2 seguias sur la rive droite et 4 seguias sur la rive gauche.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Assif Al Mal

Télécharger

carte Français
Occupation du sol du bassin d’Assif Al Mal

La carte occupation du sol du sous-bassin d’Assif Al Mal représente neuf différentes occupation du sol comme les petites villes, les douars, les plantations, les terres de cultures irrigués et de cultures bour, les terrains incultes et parcours ainsi que les forestiers et les surfaces d’eau.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Assif Al Mal

Télécharger

carte Français
Evolution et densité de la population du bassin d’Assif Al Mal

D’après le RGPH 2014, la population des communes relevant du sous-bassin d’Assif Al Mal est évaluée à 117 828 habitants. Comparée aux populations établies suivant les RGPH précédents, respectivement 101 714 habitants pour le RGPH 1994 et 106 918 habitants pour le RGPH 2004, les taux d’accroissement de la population du sous-bassin s’établissent à 0.5% pour la période 1994-2004 et 1 % pour la période 2004-2014.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Assif Al Mal

Télécharger

carte Français
Evolution des prélèvements sur la nappe du bassin d’Assif Al Mal

Sur cette page de l’atlas, l’analyse des puits et forages pour l’irrigation dans le bassin de Assif Al Mal met l’accent sur deux variables : le volume annuel de prélèvement et l’année de la réalisation. Les données techniques des puits pour l’agriculture (avec les coordonnées exactes) proviennent de l’ABHT et vont jusqu’en 2006, les volumes de production résultent eux d’une enquête de 2004. Les deux tableaux ont été reliés à l’aide du code IRE, il en résulte un total de plus de 12.000 puits dont environ 3.000 n’ont pas pu être attribués.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Assif Al Mal

Télécharger

carte Français
Prélèvement d’eau souterraines du bassin d’Assif Al Mal

L’enquête “points d’eau” réalisée par l’ABHT en 2004 a recensé environ 920 points d’eau, dont 875 puits, 22 forages et 23 puits forés. Au niveau de ce sous- bassin, toute la zone couverte par la nappe est concernée par les captages d’eau souterraine. Cependant, les grandes concentrations sont situées dans la partie située au nord de la route Marrakech- Chichaoua et dans la zone intermédiaire BI-2 située dans le prolongement du périmètre irrigué du Nfis.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Assif Al Mal

Télécharger

carte Français
Ressources en eau souterraine du bassin d’Assif Al Mal

La carte ci-contre présente l’étendue de la nappe d’eau souterraine. Celle-ci fait partie intégrante de la nappe du Haouz-Mejjate et ne peut pas, à ce titre, être isolée de celle-cisur le plan hydrodynamique. Au niveau du présent Atlas et pour les objectifs de l’étude de la convention GIRE, la nappe associée au sous-bassin Assif El Mal englobe, en plus de la partie située dans le sous-bassin proprement dit, (i) la zone intermédiaire BI-1 située entre le sous-bassin de Chichaoua et le sous-bassin de Assif Al Mal et (ii) la zone intermédiaire BI-2 située entre le sous-bassin de Assif Al Mal et le sous-bassin Nfis. La nappe est limitée au Nord par l’oued Tensift et au Sud par la ligne de piémont. A l’Est et à l’Ouest, il n’existe pas de limite naturelle et la nappe est en continuité hydraulique avec le reste de la nappe de Haouz-Mejjate. Ces limites sont parfois assimilées, lors de modélisation de la nappe, dans une première approximation, comme des lignes de courant. A l’instar de l’ensemble de la nappe du Haouz-Mejjate, la nappe du sous-bassin Assif Al Mal est située dans les formations de remplissage du bassin du Haouz ; ces formations d’âge quaternaire (Holocène et pléistocène) font partie du sédimentaire Haouz-Mejjate.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Assif Al Mal

Télécharger

carte Français
Ressources en eau de surface du bassin d’Assif Al Mal

Le sous bassin d’Assif Al Mal est drainé par l’oued du même nom et s’étend sur une superficie de 1418 km2. Le cours d’eau principal de l’oued est de 107 Km environ. Il prend naissance dans le Haut Atlas à une altitude d’environ 2100m et se jette dans l’oued Tensift au niveau de la commune Lamzoudia.

Télécharger l’Atlas du bassin d’Assif Al Mal

Télécharger

carte Français
Assainissement au niveau du bassin de Chichaoua

Le volume global estimé des rejets des eaux usées, au niveau du sous-bassin de Chichaoua est de l’ordre de 3,17 Mm3 en 2015 et serait de 4,12 Mm3 en 2030 avec une évolution annuelle estimée à environ 0,07 Mm3/an ; ce potentiel est  calculé à partir de la consommation en eau de la population avec un retour aux égouts de 80%.

Télécharger l’Atlas du bassin de Chichaoua

Télécharger

carte Français
Usage d’eau domestique dans le bassin de Chichaoua

Au niveau du sous bassin de Chichaoua, l’AEP est gérée par l’ONEE-Eau pour les centres dépendant de ce dernier, et par les communes/associations pour 140 les autres centres.

Télécharger l’Atlas du bassin de Chichaoua

Télécharger

carte Français
Réseau de seguias du bassin de Chichaoua

Le sous-bassin de Chichaoua comprend un réseau de séguias destinées à véhiculer l’eau à partir des prises au fil de l’eau sur les différents oueds, ou à partir des sources du sous-bassin pour alimenter les périmètres d’irrigation traditionnelle de la petite et moyenne hydraulique. Il existe trois périmètres importants : Chichaoua Amont, Douirane et Tagnaouite.

Télécharger l’Atlas du bassin de Chichaoua

Télécharger

carte Français
Occupation du sol du bassin de Chichaoua

Les superficies des différentes classes d’occupation du sol ont été déterminées à partir de la carte d’occupation du sol établie par la DSS du Ministère de l’Agriculture en 2010.

Télécharger l’Atlas du bassin de Chichaoua

Télécharger

carte Français
Evolution et densitéde la population du bassin de Chichaoua

D’après le RGPH 2014, la population du sous- bassin de Chichaoua est établie à 260 335 habitants. Comparée aux populations établies suivant les RGPH précédents, respectivement 210 180 habitants pour le RGPH 1994 et 232 774 habitants pour le RGPH 2004, les taux d’accroissement annuel de la population du sous-bassin s’établissent à 1% pour la période 1994-2004 et 1.1 % pour la période 2004-2014.

Télécharger l’Atlas du bassin de Chichaoua

Télécharger

carte Français
Evolution des volumes souterrains prélevés du bassin de Chichaoua

L’enquête des redevables réalisée par l’ABHT en 2004 a permis d’établir l’historique des réalisations des points d’eau au niveau du sous-bassin de Chichaoua. La carte ci-contre représente les dates de création par un code de couleur et l’on observe que la période postérieure à 1990 a connu une dynamique soutenue de réalisation de forages et de puits.

Télécharger l’Atlas du bassin de Chichaoua

Télécharger

carte Français
Prélèvement d’eau souterraine au niveau du bassin de Chichaoua

Sur le plan hydrogéologique, la cartographie du présent atlas a inclus dans le sous-bassin de Chichaoua la zone intermédiaire BI-1 située entre le sous-bassin de Chichaoua et le sous-bassin d’Assif Al Mal ; l’ensemble est nommé “sous-bassin de Chichaoua”.

Télécharger l’Atlas du bassin de Chichaoua

Télécharger

carte Français
Réseau piézométrique du bassin de Chichaoua

Sur le plan hydrogéologique, le sous-bassin de Chichaoua constitue la partie terminale ouest de la nappe du Haouz-Mejjate. Il constitue de ce fait une zone de transition vers la nappe d’Oulad Bousbaa, située à l’Ouest. Les mécanismes de relation et d’échanges entre ces deux nappes sont peu connus du fait du manque d’études fines de la géologie et de l’hydrogéologie de la zone.

Télécharger l’Atlas du bassin de Chichaoua

Télécharger

carte Français
Réseau hydrographique du sous bassin de Chichaoua

Le sous bassin de Chichaoua occupe la partie Ouest dans le bassin Haouz Mejjate. Il est drainé par l’oued du même nom et s’étend sur une superficie de 2696 km2. Le cours d’eau principal de l’oued est de 133 Km environ. Il prend naissance dans le Haut Atlas à une altitude d’environ 3329m et se jette dans l’oued Tensift au niveau de la commune rurale Ahdil.

Télécharger l’Atlas du bassin de Chichaoua

Télécharger

carte Français
Bilan moyen Entrées-Sorties de la nappe par sous-bassins sur la série 2001-2013

Les  deux  sous-bassins (N’fis et Rherhaya) s’accaparent plus de 40% des prélèvements de la nappe. Par contre, au niveau  du sous-bassin  de  Ghdat,  les prélèvements  ne  représentent  que  2%  des prélèvements globaux de la nappe.

Télécharger l’Atlas du bassin du Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Taux de branchement de l’AEP par sous-bassin au niveau du bassin Haouz-Mejjate (Sans la ville de Marrakech Année 2015)

Les  besoins  globaux  en AEP  à  la  production  pour  le  bassin Haouz-Mejjate s’élèvent pour les zones rurales à 33,2 Mm³/an en 2015 et à 49,8 Mm³/an  en  2030,  avec  une  évolution  de  l’ordre  de  1,1 Mm³/an. Pour  les  zones urbaines  (ville  de  Marrakech  non comprise) à 6,5 Mm³/an en 2015 et à 13,2 Mm³/an en 2030, avec une évolution annuelle de l’ordre de 0,4 Mm³. Pour la ville de Marrakech les besoins passeront de 65,5 Mm³/an  en  2013  à  76,5 Mm³/an  en  2026. Ces  besoins intègrent  la  ville  elle  même  (périmètre  urbain),  la  ville  de Tamansourt et les quartiers et douars de la zone périphérique de la ville.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Seguias de Haouz-Mejjate

Le  bassin  du  Haouz-Mejjate  comprend  un réseau  de  séguias  (canaux  d’irrigation traditionnels)  très  développé. Au  niveau  de chaque sous-bassin, la répartition des eaux est régie  soit  par  les  textes  modernes  de  répartition des eaux  basés  sur  les  droits  d’eau  reconnus, soit directement  par  le  droit  coutumier souvent  basé  sur  le  droit  de l’amont  sur  l’aval.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Salinité des eaux souterraines (nappes Houaz-Mejjate), (sondage ABH-T année 2011)

Le  réseau  de  suivi  de  la  qualité  des  eaux  de la  nappe  est  peu  dense  et,  de  ce  fait,  la caractérisation  hydro-chimique  des  eaux souterraines  est  peu  précise. Cependant,  il est  possible  de  se  baser  sur  les  données  de la campagne  “points  d’eau”  réalisée  par l’ABHT en  2011  et  qui  a  permis  de  mesurer sur  un  échantillon  de  points d’eau  le  résidu sec, paramètre exprimant le degré de salinité de la nappe. A partir de ces mesures, il a été possible d’établir  une  carte  de  salinité  des eaux  souterraines  pour  la  nappe  du  Haouz- Mejjate (carte élaborée par l’ABHT).

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Réseau piézométrique du bassin Haouz-Mejjate

Le  système  aquifère  du  Haouz-Mejjate  s’étend  sur  une superficie  de  6859  km².  Il  est  limité  par  l’oued Chichaoua  à l’Ouest,  et  l’oued  Tassaout  à  l’Est,  le  Haut  Atlas  au  Sud  et l’oued Tensift au Nord. Les eaux souterraines s’écoulent dans les  formations  du  plioquaternaire  (sables  argileux,  calcaires lacustres,  galets  et graviers  à  matrice  sablo-argileuse).  Ces formations  sont  relativement  épaisses  à  l’Est  de  la  flexure d’Assoufid, mais  diminuent  d’épaisseur  à  l’ouest  de  cette flexure, dans la plaine de Mejjate. Ces formations se déposent sur le substratum  des  marnes du  Miocène  ou  de  schistes du Viséen.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Réseau hydrographique du bassin Haouz-Mejjate

Les  ressources  en  eau  de  surface  proviennent  des précipitations.  Elles  se  présentent  sous  la  forme d’écoulements directs dus aux fortes pluies ou à la fonte des neiges  du  Haut  Atlas  ou  sous  la  forme  de  débits  de base provenant d’aquifères de la montagne.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Profondeur des points d’eau dans le bassin Haouz-Mejjate

La  carte  présente  les  profondeurs  des  points  d’eau dans le bassin du Haouz-Mejjate, selon le cadastre des points  d’eau  de  l’ABHT.  On  compte  14 168 points d’eau, dont 10 809 puits, 2 219 forages et 1 136 puits forés. La profondeur moyenne des ouvrages est de 51 m avec environ 60 % des profondeurs situées entre 20 et  60  m.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Production moyenne des eaux usées par sous-bassin

Si  les  eaux  usées  sont  traditionnellement considérées  comme  des  sources  de  nuisance pour  le  milieu,  épurées, elles  constituent  des ressources  en  eau  qui  peuvent  être  réutilisées et  faire  partie  du  bilan    des  ressources  en eau au niveau d’un bassin versant.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Développement de la population par sous-bassins

D’après le RGPH 2014, la population du bassin de  Haouz-Mejjate  est  de  2,85  millions d’habitants.  Comparée  aux populations établies suivant les RGPH précédents (1994 et 2004),  respectivement  de 2,30 et 2,71 millions d’habitants, les  taux  d’accroissement  de  la population  du  bassin  s’établissent  à  1,64% pour  la  période  1994-2004  et  1,59% pour  la période  2004-2014.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Sources de pollution du bassin Haouz-Mejjate

Les  pressions  anthropiques  exercées  sur  les ressources  en  eau  sont  à  l’origine  de  la  dégradation de la qualité de ces ressources. Les sources de cette dégradation sont multiples et peuvent être ponctuelles telle  que  les décharges,  ou  diffuses  telle  que  la pollution dû à l’épandage de fertilisants agricoles.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
L’irrigation dans le bassin Haouz-Mejjate Année 2014

En raison de l’aridité du climat, l’agriculture dans le bassin  du  Haouz-Mejjate  dépend  fortement  de l’irrigation.  Le bassin  est  doté  de  potentialités  de production  et  d’aménagements  hydro  agricoles importants.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Pédologie du bassin Haouz-Mejjate

Comme le montre la carte pédologique reconstituée, on rencontre dans le bassin du Haouz-Mejjate une diversité de sols (d’aprèsles travaux de Mathieu Plantecoste) Sols de la plaine du Haouz.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Occupation du sol du bassin Haouz-Mejjate

La carte  établie par le Ministère de l’Agriculture en  2010  (DRA  Marrakech)  présente  une  répartition de  l’occupation du  sol  dans  le  bassin  du  Haouz- Mejjate.  Cette  carte  ne  couvre  cependant  pas  les sous-bassins de Tassaout et  Lakhdar  (Province Azilal).

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Barrages et lacs collinaires au niveau du bassin Haouz-Mejjate

Dans le bassin du Haouz-Mejjate, la mobilisation moderne  des  eaux  de  surface  est  effectuée  à travers  les  barrages  et  le  transfert  d’eaux.  Le volume  d’eau  mobilisable  est  estimé  à  1664 Mm³/an  (apports  reconstitués  entre  septembre 1983 et août 2013). Sur ce volume, environ 812 Mm³/an  sont  mobilisés  à  partir  des  barrages  et les prélèvements directs sur les oueds, soit 49% environ.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Isohyètes annuelles du bassin Haouz-Mejjate

Les précipitations (pluies et neige) constituent la source  d’eau  originelle  du  bassin  du  Haouz- Mejjate. Si  une  grande  partie  des  précipitations  retourne dans  l’atmosphère  de  manière  directe (évaporation)  ou  indirecte  (évapotranspiration), une  partie  importante  s’écoule  directement  ou s’infiltre  dans  le  sol  et  alimente  les  nappes souterraines.  Dans  la  région  montagneuse  et aussi dans le piedmont, les sources et les débits de  base  des  oueds  sont  alimentés  à  partir  de ces eaux souterraines.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Géologie du bassin Haouz-Mejjate

L’analyse  géologique  et  structurale  du  bassin Haouz-Mejjate, montre que ce dernier correspond a  un  bassin  de  subsidence  d’origine  tectonique développé lors de orogénie tertiaire par le jeu de systèmes de failles et de flexures.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

 

Télécharger

tous carte Français
Année de réalisation des puits et forages

La  cartographie  de  la  période  de  réalisation  des  puits  et des  forages  permet  de  déceler  clairement  quelques modèles :  avant 1970, les  puits  se concentraient  dans  un secteur relativement petit à l’ouest de Marrakech. De 1971 à 1990, ceci continue au sud-ouest de la zone précédente ainsi  que  dans  le  sous-bassin  versant  de  l’Oued  Ourika. Depuis  1991,  la  densité  des  forages  de  puits  est particulièrement élevée au sud de Marrakech, ceci pourrait être dû  à  la  construction  des  grandes  installations touristiques.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Débits de pointe calculées

Les  crues  sont  caractérisées  sur  la  base  des mesures  obtenues  au  niveau  des  stations hydrologiques.  Au  niveau  du  sous-bassin  du Haouz-Mejjate,  9  stations  sont  inventoriées.

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Haouz Mejjate contexte général

Haouz Mejjate contexte général du bassin Haouz-Mejjate.

Télécharger l’Atlas du Bassin Haouz-Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Étages bioclimatiques du bassin Haouz-Mejjate

La  carte  des  étages  bioclimatiques,  établie  par C  SAUVAGE  sur  la  base  du  quotient pluviothermique  d’Emberger,  montre  que  le bassin  du  Haouz-Mejjate  se  subdivise  en  trois étages  bioclimatiques  majeurs  à  savoir  :  l’étage aride,  l’étage  semi-aride  et  l’étage  humide  avec des  hivers à  variantes tempérées,  frais ou  froid. On  note  également  l’existence  d’un  quatrième étage  de  haute  montagne  ne  couvrant  qu’une faible proportion du bassin (4%).

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français
Connexions assainissement du bassin de Haouz-Mejjate

En  terme  de  raccordement  au  réseau d’assainissement  le  bassin  Haouz-Mejjate connait  un  retard  important. Les pratiques courantes  sont  le  recours  aux fosses/latrines/puits  perdus  (68%),  rejet  à  l’air libre (29%) et traitement dans les STEP (3%).

Télécharger l’Atlas du bassin Haouz Mejjate

Télécharger

tous carte Français